Formations

Esther SENOT, rescapée d’Auschwitz Birkenau

Intervention d’Esther SENOT, rescapée du camp d’Auschwitz

Esther SENOT, rescapée du camp d’extermination d’Auschwitz Birkenau est intervenue auprès de certaines classes afin de raconter son histoire et celle de sa famille.

Le 16 juillet 1942, Esther a 14 ans et échappe par hasard à la rafle du Vél d’Hiv, lors de laquelle sa famille est déportée. Seule à Paris, elle prend la décision de rejoindre son frère, militaire, qui est en zone libre à Pau.

Quelques mois plus tard, elle décide de retourner à Paris. En juillet 1943, elle se fait interpeller à la sortie du travail, lors d’un contrôle d’identité. Elle est alors arrêtée et internée à Drancy.

En septembre 1943, elle a 15 ans quand elle fait partie des mille femmes déportées par le convoi 59 qui mettra 3 jours à arriver au camp d’Auschwitz Birkenau. Elle sera assignée au bloc numéro 27, occupé par cent six personnes.

Après 2 ans d’internement, elle subit la marche de la mort en janvier 1945, en direction de Bergen-Belsen, puis de Mauthausen. Elle regagne la France après la Libération. Gravé sur sa chair, le matricule 58 319 est le témoignage direct de l’horreur des camps.

Elle raconte son histoire afin de porter un message de vigilance contre la haine, le racisme et l’antisémitisme. Il est important de se souvenir pour faire en sorte que des drames comme la Shoah ne se reproduisent pas.

Retour d’élèves de TSTMG1 :
Ce témoignage était très intéressant et unique ! On a beau avoir vu des films et étudié la Shoah, avoir une personne qui a vécu ces horreurs de l’intérieur, ça rend les choses beaucoup plus réelles.

On n’avait pas connaissance de tout ce qui s’était passé et notamment de l’implication du gouvernement français dans certaines arrestations, comme la Rafle du Vél d’Hiv. On a été assez choqués de savoir qu’à la suite de la libération, les juifs n’ont pas été écoutés. Leurs récits étaient tellement terrifiants que personne n’y croyait.

Le gouvernement quant à lui a agit comme si rien ne s’était passé et n’a reconnu son implication que bien plus tard. En 1995 pour la Rafle du Vél d’Hiv !

On a vraiment une chance incroyable d’avoir pu rencontrer Mme Senot !